Jour 12 : de la condition de la femme…

juin 17, 2016 by Gregory Herpe

C’est mon dernier jour à Happy Chandara.

Demain matin, je partirais pour le week end à Phnom Penh en attendant mon avion, lundi…direction Ho Chi Min, Doha, Barcelone, puis Perpignan…

On s’habitue, toujours un peu, on créé des liens. Les deux derniers jours, une élève m’avait fait des bateaux en papier et hier, une autre m’a dessiné un escargot.

C’est touchant et j’espère revenir prochainement.

 

J’étais très tôt dehors; vers 06h00. De nombreuses externes arrivent à partir de 05h30, déposées par leurs parents qui partent travailler aux champs ou à la ville et qui ne peuvent plus s’occuper d’elles.

Je les regarde jouer avec des élastiques, comme le font les petites filles européennes, aussi.

DSC_2458

Et puis, elles mangent. Des nouilles, avec des baguettes, qu’elles ont dans de petits sacs en plastique transparent; des fruits, aussi. Elles se coiffent entre elles.

DSC_3690

A 07h30, c’est le levé des couleurs. Le drapeau cambodgien s’élève et à ses côtés, le drapeau français, tandis que toutes les élèves, alignées et sages, ne bougent pas un cil.

 

Ce midi, après avoir mangé un peu de riz et un fruit du dragon (j’ai du perdre 4 ou 5 kg, à mon avis!), je suis parti en vtt dans la campagne. Il est étonnant de voir tout ce que les khmers transportent sur leurs petites motos, tirant de minuscules remorques chargées à bloc: régimes de bananes, briques, et ce matin une véritable boutique de jean’s et chemises.

DSC_3679

Un autre encore, surchargé d’un fatras en tout genre, allant des casseroles aux canards en plastique me fit penser à Castorama : Chez Casto, y’a tout c’qu’il faut!

DSC_3677

 

En début d’après-midi, je suis retourné au lycée pour assister à un cour d’ « ouverture sur le monde ».

Les plus âgées sont là, à regarder un film sur la vie du top-modele somalien Waris Dirie. Une vie passionnante et dramatique puisque, excisée à l’âge de 3 ans, elle parvint à fuir son pays, mais devint esclave de l’ambassadeur de Somalie à Londres, avant d’être l’un des mannequins les plus demandés au monde. Plus tard, elle sera « ambassadrice de bonne volonté » de l’ONU contre les mutilations génitales féminines.

DSC_3706

La professeur khmer, après le film, lance le débat sur la condition de la femme, sur la différence en général, sur le futur des femmes au Cambodge. Les élèves sont émues et donnent leurs avis, bien tranchés.

Avec ce groupe-là, les mentalités changeront. C’est aussi l’une des réussites de l’association Toutes à l’école et de celle qui l’incarne, Tina Kieffer : former des femmes libres, fortes, avec de belles valeurs…

DSC_3613

 

Laisser une réponse