Jour 6 : Barry White, le Général de Gaulle, et moi…

juin 11, 2016 by Gregory Herpe

Hier soir, nous sommes partis pour Phnom Penh avec Tina Kieffer, Sophie Bourde, Danielle, et les deux gynécologues de l’ONG « Actions Santé Femmes », Noëlle et Chantal.

Les élèves de l’école étant pour le week end dans leurs familles, nous irons donc visiter la capitale.

Je me retrouve dans un hôtel très agréable, la Villa Langka, dont le personnel, du manager français aux réceptionnistes, sont très accueillants, serviables, et sympathiques. Et puis, le cadre est si beau (et très bon marché!).

Nous nous retrouvons tous en ville pour diner et je tente une soupe aux fourmis rouges…Comment vous dire…Ce qui est fait n’est plus à faire, dirais-je, et je ne m’y risquerais pas une seconde fois!

Cette nuit-là, c’est le chant des crapauds autour de la piscine, qui me berce…ça parait peu agréable, dit comme ça, et pourtant, leurs voix de basse pourrait s’apparenter en une sorte de Barry White batracien…

 

DSC_1982

Ce matin, nous nous sommes aventurés sur les marchés locaux…Terriblement dense, le Psah Toul Tom Pong, ou marché russe (qui tient son nom de l’afflux de touristes russes dans les années 80), est un lieu particulièrement difficile pour les âmes sensibles.

En effet, la section des bouchers et des poissonniers m’a soulevé le cœur…Par plus de 40°, les quartiers de viandes, les poulets ou les poissons éventrés, sont suspendus ou présentés sur des étals couverts de mouches, dans une atmosphère suffocante. L’odeur y est tout simplement insupportable…

DSC_1999

DSC_2010

 

Dans l’après-midi, je suis allé au Stade Olympique qui, si il n’a jamais accueilli de jeux olympiques, n’en demeure pas moins fort intéressant.  Le stade compte 60.000 places, et le site possède également un palais des sports, une piscine et un plongeoir olympique. C’est dans ce stade que le Général de Gaulle prononça le fameux discours de Phnom Penh, le 1er septembre 1966. C’est aussi dans ce stade que les khmers rouges exécutaient les officiels du régime précédent. Tout autour, un peu anarchiquement, des gens jouent tantôt à la pétanque, tantôt au volleyball, au basket, au tennis.

Le plongeoir est particulièrement saisissant: de jeunes adolescents y sautent de 10 mètres de haut, semblant voler dans les airs au milieu des tours et des immeubles qui l’entourent…

DSC_1667

Je vais ensuite à la rencontre de moines bouddhistes de l’ordre de Mahanikaya vivant dans une cité au centre de la ville. Autour de leurs temples, ils vivent dans de  petits immeubles délabrés de deux étages, faisant séchés aux balcons leurs « kesas » (leur robe orange). Je prends le temps de parler avec quelques uns. Ils me posent des questions, s’intéressent, tout en faisant de la menuiserie ou du ménage.

DSC_2203

 

Ce soir, après une journée bien remplie, c’est à nouveau Barry White qui croasse pour moi, m’aidant à m’endormir…

 

Laisser une réponse