Jours 8 – 9 : Passer le bac…

juin 14, 2016 by Gregory Herpe

Hier, pas de wifi ou très peu et donc, impossible d’écrire sur mon blog. C’est un peu mieux aujourd’hui, malgré un orage dont le Cambodge a le secret et qui m’a trempé jusqu’aux os.

Hier matin, donc, après avoir photographié quelques classes, je me suis retrouvé sur un chemin bordant un ruisseau. Là, des cueilleuses de jasmin remplissaient des sacs sous un soleil de plomb.

DSC_2351

DSC_2378

En fait, le Cambodge est un pays qui s’organise autour des cours d’eau et des routes. Les villages les suivent, les maisons en enfilades se succèdent sans jamais entrer trop profondément dans la forêt.

Je vois des scènes de vie, des images, que je capte; une femme qui fait cuire des pattes de poulets, un homme vend des œufs dont la fraicheur laisse franchement à désirer, de jeunes moines mendient, quelques petites garçons jouent au football…

DSC_2904

Les visages se succèdent de l’école aux villages et je remarque toujours la même profondeur, la même force, la même gentillesse aussi, dans le regard des cambodgiens.

 

Ce matin, cours d’écriture khmer et anglais; les petites donnent du cœur à l’ouvrage.

DSC_2746

DSC_2524

Mimi me demande de faire quelques photos d’élèves pour leurs parrains qui leur ont envoyé des cadeaux. Il s’agit de les montrer, heureuse de ces attentions. Elles en ont de la chance d’avoir des « anges gardiens » qui veillent sur elles d’aussi loin, avec bienveillance.  J’accepte bien volontiers car je sais que cela fera plaisir aux parrains et marraines (et à Mimi qui fait quand même les meilleures soupes du monde!).

Les unes reçoivent une montre, un collier, de jolies robes, les autres du matériel de dessin, un petit haut, des boucles d’oreilles…Leurs yeux brillent d’émotion.

 

Puis Mimi et moi partons en tchouk-tchouk, avec une maman et deux élèves, pour visiter des familles sur l’île qui fait face à Happy Chandara: Anloung Chen Island, au milieu de la rivière Bassac.

Le passage du bac est agréable et une brise légère nous rafraichi un peu; l’adolescent au gouvernail « conduit » avec ses pieds, ses cuisses, rarement ses mains.

Sur l’île, nous croisons quelques temples puis arrivons dans la famille de Kun Srey Srars, élève en 6ème à Happy Chandara. Le père, violent et alcoolique, a abandonné sa mère et ses six frères. Ils vivent très pauvrement et ne mangent certainement pas tous les jours (n’attendez pas « à leur faim » pour clore cette phrase)…

La maman est courageuse et ne se plaint jamais de son triste sort. Elle protège ses enfants et s’en occupe du mieux qu’elle peut. Ils ne manquent jamais d’amour.

DSC_2899

L’un des gamins fait du vélo; il doit avoir 7 ans tout au plus. Son vélo n’ayant plus de selle, il en a confectionné une avec une noix de coco. Débrouillard, le petit…

 

De retour à Happy Chandara, je fais la connaissance de Philippe, le jardinier de l’internat qui fait pousser miraculeusement fruits et légumes dans un jardin en permaculture.

C’est quoi, la permaculture? Le mot « permaculture » est la contraction de « agriculture permanente ».

DSC_2324

Créer un jardin en permaculture permet de répondre à nos besoins humains tout en améliorant notre environnement (développement de la biodiversité, création d’habitats pour la faune et les insectes utiles, enrichissement de la terre…). Le jardin est florissant, se délectant du climat propice.

Ma journée se déroula sous le signe de l’eau…L’eau du jardin, l’eau de la rivière Bassac et du bac, l’eau de l’orage qui tombe à présent. Je suis parti en vtt rejoindre le bac à nouveau, justement, pour voir les petites élèves de l’école rentrer chez elle sur les flots, puisque la cloche a sonnée.

DSC_2995

Elles sont surprises et contentes de me voir leur faire un dernier coucou et me font des signes de la main tandis que s’éloigne le frêle esquif que rien, pourtant, ne semble pouvoir arrêter…

DSC_3067

Demain sera un autre jour…

DSC_2955

Laisser une réponse